Archives pour la catégorie Psychologie

Psychologie

les 9 caractéristiques d’une personne narcissique

narcissique[1]Les personnes narcissiques sont partout et elles peuvent être extrêmement prenantes et dures à côtoyer.

Selon le DSM V, une personne doit s’identifier à au moins 5 des critères suivants pour être diagnostiqué en tant que narcissique :

caractéristiques
– A un sens grandiose de sa propre importance en exagérant ses capacités et ses accomplissements.
– A des fantasmes persistants de succès illimité, de pouvoir, d’intelligence, de beauté ou d’amour idéal.
– Croit qu’il est « spécial » et unique et qu’il devrait uniquement côtoyer des personnes du même statut.
– Il a un besoin constant d’attention, d’affirmation et d’éloges.
– Il croit qu’on lui doit un traitement spécial.
– Il exploite les autres en tirant avantage d’eux pour son profit personnel.
– Manque d’empathie pour les autres.
– Est souvent envieux des autres et croit que les autres le jalousent.
– Il est arrogant et a une attitude et un comportement hautains.

Certaines personnes peuvent ne pas avoir plusieurs de ces critères

Source: PotentielMagazine

Comment reconnaître les menteurs

7941315373263 Les gens mentent tout le temps, mais il est plus ou moins difficile de déterminer quand quelqu’un vous ment. Savez-vous reconnaître les signes qui montrent que quelqu’un vous ment? Certains signes sont évidents tandis que d’autres sont plus subliminaux, mais il y a des façons d’attraper quelqu’un qui ment, vous avez juste besoin de savoir lesquelles. Voici quelques moyens simples pourreconnaître les menteurs et attraper les mensonges.

1. Le regard

  • Si une personne ne vous regarde pas dans les yeux, a le regard fuyant et regarde un peu partout sauf dans vos yeux, alors qu’habituellement elle n’a aucune difficulté à vous fixer, posez-vous des questions. D’autres personnes au contraire, vous fixeront de manière délibérée en pensant que ce qu’ils diront sera plus crédible s’ils vous fixent.

2. Un langage corporel inhabituel

  • Les menteurs bougent souvent, se détournent de la personne à qui ils parlent, clignotent rapidement des yeux, sourient moins et ils changent le ton de leur voix. Ils peuvent croiser les bras ce qui est un signe d’être « fermé » ou d’essayer de ne pas révéler trop d’informations. Parfois les gens s’agitent trop quand ils mentent.

3. Trop de détails

  • Les menteurs fournissent de nombreux détails sans qu’on leur demande. Ils pensent qu’en embellissant leur histoire, celle-ci sera plus crédible. Quand vous demandez à quelqu’un où il était et qu’il vous répond : « Je suis allé au dépanneur acheter des œufs et du lait, j’ai failli acheter de la sauce tomate, j’ai feuilleté un magazine à potins et j’ai croisé un gros chien épeurant … », c’est peut-être un peu trop de détails pour une question bien simple. Souvent, donner trop de détails est une façon de camoufler la réalité. Plus l’histoire est élaborée, plus il est probable qu’elle soit fabriquée de toutes pièces.

4. Une personne qui dit un mensonge sera sur la défensive

  • Ils feront tout pour détourner votre attention loin d’eux et se mettront en colère si vous vous avez des doutes sur leur innocence. Les gens qui disent la vérité ont tendance à faire l’inverse. Cela deviendra évident pour vous quand vous essaierez d’avoir une conversation avec une personne et que celle-ci essaiera de changer de sujet ou d’orienter la conversation dans une direction différente.

5. La cohérence

  • Est-ce que l’histoire de votre interlocuteur est cohérente? Logique? Même si la personne devant nous parle avec assurance et précision, si ce qu’il dit n’a pas de sens, ne vous demandez pas si c’est vous qui interprétez mal ! Ancien agent du FBI, J.J. Newberry raconte avoir interrogé un témoin d’une scène de crime. Quand elle a entendu des coups de feu, elle a affirmé ne pas avoir regardé dans la direction du suspect et avoir pris la fuite. Elle n’aurait donc pas vu le suspect. L’agent ne l’a pas cru. « Elle a entendu des coups de feu, mais n’aurait pas regardé d’où ça venait? (…) C’est pourtant une réaction normale et instinctive de se retourner quand une personne entend un bruit », précise-t-il. Il avait effectivement raison. Elle mentait et avait vu le tireur, puis s’était enfuie.
  • Demandez au menteur de répéter son histoire. Si elle est fabriquée, il peut être très difficile pour lui de se rappeler de tous les détails qu’il vous a donnés la première fois. La personne sera certainement mal à l’aise et s’inquiétera de ce qu’elle vous dira quand vous lui demanderez de redonner les détails de la première fois.

6. La question inattendue

  • « Près de 4% des gens sont des menteurs accomplis qui s’en tirent très bien », dit J.J. Newberry. Mais il faut savoir les repérer et les surprendre. La clé: on pose une question inattendue, qui saura les dérouter. Mais il faut bien réfléchir à la question ! Ce qui implique qu’il faut bien écouter l’histoire, même si elle est fausse.  7. Certaines personnes transpirent plus quand elles mentent.
  • La mesure de la transpiration est un marqueur du détecteur de mensonges, mais on ne peut pas se fier uniquement à cette indication si une personne est en train de mentir. Certaines personnes transpirent plus quand elles sont nerveuses ou timides. La transpiration ainsi que le rougissement, les tremblements et la difficulté à avaler peuvent clairement mieux indiquer si quelqu’un vous ment.

8. Le changement de comportement

  • Lorsque quelqu’un ment, il a tendance à changer de comportement. Ainsi, quelqu’un qui est généralement calme, deviendra nerveux en mentant, et vice versa. Il faut donc prendre le temps de se demander si la personne garde un comportement habituel ou si quelque chose a changé. Si l’attitude est bien différente de la normale, c’est qu’il y a anguille sous roche.

9. Les fausses émotions

  • Aussi bon menteur qu’on peut être, il est presque impossible de démontrer sincèrement des vraies émotions à travers un mensonge. Ainsi, un sourire forcé se verra tout de suite. Même chose pour quelqu’un qui se met en colère ou qui est faussement triste. Si ces émotions ne sont pas réellement ressenties, ça paraitra.

10. Les micro-expressions

  • Si la personne en train de mentir semble contente, pour un très court moment, elle laissera voir sa véritable émotion. Il s’agit d’un quart de seconde. Difficile donc de s’en apercevoir. Selon une étude, 99% des gens ont été incapables de déceler cette émotion cachée. Certaines personnes ont tendance à sentir si quelqu’un ment, et c’est généralement parce qu’elles voient une micro-expression. La micro-expression est rapide, mais selon les pros, en une petite heure, on peut apprendre à détecter cette fraction de seconde bien significative

La plupart du temps il est facile de dire quand quelqu’un vous ment parce que vous le sentez et vous savez que la personne n’est pas honnête à cent pour cent avec vous. Si vous commencez à regarder de plus près le comportement et les mouvements de la personne, vous commencerez à remarquer des choses beaucoup plus facilement. Les menteurs sont faciles à repérer lorsque vous suivez quelques règles principales et que vous commencez à mieux observer la personne à qui vous parlez.

5 vérités sur le coup de foudre

coup de foudreLégende ou réalité ? Le coup de foudre est souvent idéalisé, alimenté par les comédies romantiques et autres contes de fées. Or, du premier regard aux prémices d’une véritable histoire d’amour, qu’en est-il vraiment ?

Aux plus sceptiques du coup de foudre s’oppose la légende urbaine de nos amis Raoul et Jeanne, rencontrés au hasard d’une soirée entre amis et qui, d’un croisement de regards, ont immédiatement su qu’ensemble, ils allaient vivre une bonne décennie d’amour, au moins. Ah, le coup de foudre… Mytho ou histoire vraie ? Voici, en cinq révélations, toute la vérité sur ce flash amoureux qui fonde la plupart des scénarios d’Hollywood et la littérature depuis 5000 ans, ou presque.

1- Le coup de foudre existe bel et bien
Selon un sondage Ipsos datant de 2012, près de trois quarts des Français sont persuadés de l’existence de ce béguin instantané. Et il a ses propres symptômes ! Rythme cardiaque qui s’accélère, sensation de chaleur, augmentation de la transpiration… Autant d’éléments associés à une surcharge émotionnelle soudaine, qui nous font ressentir que quelque chose d’inhabituel est physiologiquement en train de se passer en nous. Et s’il existe, sachez aussi qu’il n’est pas si rare : près de 51,7% des sondés affirment l’avoir déjà vécu. Et vous ?

2- Le coup de foudre, c’est scientifique
L’imaginaire collectif veut que l’on associe généralement le coup de foudre à une réaction venant du cœur. Que nenni ! Il est en réalité lié à notre cerveau qui contrôle toutes nos sensations et nos émotions, activés par l’ensemble du système nerveux limbique, et cela, de manière totalement involontaire. Le corps réagit alors en produisant des “molécules du bonheur”, à savoir des dopamines, de l’ocytocine et des endorphines. Le sentiment d’amour ressentit serait donc créé de toute pièce par nos méninges. On est donc bien loin du Cupidon qui nous transperce la poitrine avec l’une de ses flèches de l’amour. Tristesse, un peu.

Le coup de foudre, c’est socioculturel
Exit le romantisme, de nombreuses études sociologiques (l’INED, l’Observatoire du Bonheur) démontrent que lors d’une rencontre, on se dirige spontanément vers des personnes correspondants à nos gènes, mais que l’on est également séduits par des choses aussi futiles et superficielles qu’un choix de vêtements ou une coupe de cheveux. En somme, le coup de foudre est déterminé par notre milieu et nos expériences sociales. Une sorte de casting à laBachelor, pas très chic et totalement inconscient. De quoi faire plaisir à papa !

4 – Tomber amoureuse prend moins d’une seconde
C’est en tout cas ce qu’affirme Stéphanie Ortigue, professeur à l’université de Syracuse. Son étude, publiée dans la revue Journal of Sexual Medicine, affirme “qu’il suffit de 0,2 seconde pour tomber amoureux” et que cela produirait “le même état euphorique que la prise de cocaïne. Mais, comme pour la drogue, l’effet des “molécules du bonheur” n’est pas éternel et la redescente amoureuse peu parfois être brutale. Comme pour cette pauvre Mme Bovary, amoureuse éperdue, suicidaire lorsqu’elle revient à la réalité. Bref, l’amour se fait en un cinquième de seconde et dure à peine trois ans

5 – Le coup de foudre est un pari risqué sur l’avenir
On le sait : l’amour est aveugle. En effet, l’excitation liée aux débuts modifie la perception de l’autre et en produit une vision totalement idéalisée. “Envoutée”, on ne respecte plus les étapes “normales” de la connaissance d’autrui et de la découverte de l’intimité. Si complicité, humour, sensualité et sexualité sont les éléments-clefs de notre élan passionnel soudain, n’oublions pas une chose : c’est globalement superficiel. Nombreux sont ceux qui s’y sont mépris et qui ont tout plaqué (famille, travail, enfant, patrie) pour cette relation certes hyper excitante au début, mais complètement biaisée. Tels des ados, on oublie que l’important, ce n’est pas la chute le plus dur, mais l’atterrissage. Le coup de foudre, oui. Le coup de massue, non. Et comme dit maman : “Il faut aller de l’avant tout en ménageant ses arrières.” Avis aux loveuses perchées !

Glamour.fr

Pourquoi l’infidélité ?

 

infidele_unfaithful_2002_portrait_w858Gérard Leleu est sexologue et psychothérapeute, spécialiste du couple et de son intimité. « L’infidélité, c’est la crise majeure du couple. Mais il faut arriver à considérer ce bouleversement comme une chance pour essayer de mieux se comprendre et d’avancer. »

1) Est-il possible d’être fondamentalement infidèle, comme un trait de caractère ?

Il se peut que l’infidélité relève d’une structure fondamentale et que certains êtres éprouvent des désirs tout azimut. Mais cela révèle souvent un état de manque profond, qu’il faudrait peut-être analyser par un travail personnel. Et cette quête permanente de l’homme que mènent certaines, traduit sans doute un manque d’amour de soi et d’affirmation. Ce manque conduit donc à cette position de mendiante d’amour. Alors que l’amour, nous l’avons en nous, dans notre noyau.

2) La fidélité est-elle une preuve d’amour ?

La fidélité est en effet une manière de prouver à l’autre qu’on l’aime. Bien qu’en réalité, dans l’amour, il n’y a pas de telles preuves à donner : on est fidèle parce qu’on aime ! Je considère également que la fidélité n’est pas une question de moralité mais de respect de soi et de l’autre.

3) Infidèle une fois, infidèle dix fois ?

Si l’on trompe une fois, sans doute trompera-t-on une deuxième fois, voire une troisième fois et une dixième fois parce que l’on a en soi de telles insatisfactions que l’on passe sa vie à quêter et à mendier. Je pense, sur un plan purement psychologique et pas moral, que l’infidélité est une mauvaise réponse à une bonne question. Le problème est relatif au couple, mais également à soi-même. Parce que l’on a parfois en une sorte de vide existentiel, d’état de manque, de besoin d’être aimé. Donc la question est : pourquoi ce vide ? Et la mauvaise réponse est d’aller mendier de femme en femme ou d’homme en homme, au lieu de faire un travail sur soi.

4) Où commence l’infidélité ? A partir du moment où l’on passe concrètement à l’acte ?

En me plaçant sur un plan purement psychologique et non moral, elle commence lorsque dans notre tête, on n’est pas avec la personne présente mais avec quelqu’un d’autre. En réalité, là, on se trompe soi-même. Il n’y a pas à culpabiliser. Simplement, je souhaite à chacun(e) de tomber profondément amoureu(x)e et d’avoir dans la tête, dans le cœur et dans le sexe, la même personne.

5) Quand l’ennui s’immisce dans le couple…

Parmi les causes d’infidélité, il y a en effet le tiédissement des sentiments et une frustration sur quelque point que ce soit. Peut-être que la réponse n’est pas forcément une aventure extraconjugale mais plutôt d’analyser la situation dans le couple et de trouver les moyens d’être satisfait. Mais il est vrai qu’il y a aussi une sorte de besoin d’exotisme, sorte de besoin d’aventurisme. Mais encore faut-il être conscient, que pour assouvir ce besoin d’exotisme, on risque d’entrer dans des situations qui s’avèreront douloureuses.

6) Peut-on différencier la fidélité du cœur et la fidélité du corps ?

Sur le plan de l’absolu de l’amour, la fidélité est totale, corps et âme. Certains sont capables de partager leur corps, c’est une question de structure mentale, mais cela comporte quand même le risque d’être emporté par une passion sensuelle et d’aboutir à des situations douloureuses.

Source : Psychologies.com