Archives pour la catégorie Sexualité

Sexualité

« PAS CE SOIR CHÉRI J’AI LA MIGRAINE », VOUS N’ENTENDREZ PLUS ÇA !

Comment contourner la fameuse phrase de votre femme  » Pas ce soir chéri, j’ai mal à la tête  » ? Quelles sont les astuces pour relancer la libido au sein de son couple sans jamais se mettre en demande ? Comment donner envie à votre femme de faire l’amour même quand votre vie de couple n’est pas idéale au quotidien ?

Il n’y a rien de plus blessant pour un homme que de se prendre un « arrête » lorsque l’on tente subtilement de se rapprocher de sa femme. Alors quand en plus l’excuse semble vraiment tirée par les cheveux comme le fameux « Pas ce soir mon chéri j’ai la migraine», le risque est même de perdre confiance car on ne se sent pas assez attirant mais également de voir la flamme du couple s’éteindre petit à petit.

Si vous avez déjà eu à faire à ce genre d’attitude et que vous vous demandez quelles sont les astuces qui peuvent vous aider à relancer le désir et la libido dans votre couple, sachez que j’ai longuement étudié la question. Dans cet article je vais justement vous livrer mes analyses de coach en amour afin de vous aider à sauver votre relation et à améliorer votre quotidien.

LE SEXE COMME MOTEUR DU COUPLE

C’est un peu fort comme phrase et je le conçois. Mais désormais le sexe est partout, à la télé, dans les magazines, sur les affiches dans le métro… Plus personne ne se formalise devant une publicité de lingerie, devant une femme dévêtue pour vendre tel ou tel accessoire de mode, ou un homme chemise déboutonnée et abdos saillant pour faire la promotion d’une marque de lunette par exemple. Alors lorsque l’on est abreuvé d’image sexy, mais que c’est le calme plat au niveau des galipettes sous la couette, je vous laisse imaginer la frustration qui en découle.

Le sexe est un des moteurs principaux de la relation avec la communication et la complicité ainsi que le partage. Lorsque son couple va mal, il est nécessaire dans un premier temps de relancer les deux premiers pour raviver la flamme et combler son partenaire. Si votre femme fait la grève du sexe, c’est le moment de vous investir pleinement mais pas n’importe comment.

Vous allez constater dans les prochaines étapes qu’il est nécessaire de cibler les besoins de votre compagne en faisant preuve d’empathie, sans oublier de vous surpasser aussi personnellement car la majeure partie des changements se concentrent sur vous, que ce soit au niveau émotionnel ou physique.

D’ailleurs, n’hésitez pas à partager l’ensemble de vos questions ainsi que votre histoire dans les commentaires, je prends le temps de répondre à chacun d’entre vous.

POURQUOI LA PHRASE  » PAS CE SOIR CHÉRI J’AI LA MIGRAINE  » DOIT VOUS ALERTER ?

Comme je l’ai expliqué plus haut, le sexe est un des baromètres permettant d’évaluer une relation. Alors quand votre femme utilise une excuse pour vous dire qu’elle n’a pas envie de faire l’amour, vous pouvez considérer qu’il s’agit d’un signe fort.

Premièrement parce que votre femme utilise un prétexte au lieu de simplement vous dire qu’elle n’est pas dans les bonnes dispositions pour se lâcher. Ensuite parce qu’il s’agit d’une excuse qui cache souvent un mal être.
Alors messieurs, vous devez vous alerter surtout si cela se reproduit à plusieurs reprises. A la limite si c’est la première fois ou que cela se produit en de rares occasions, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mais si c’est répétitif et que vos rapports sont aussi rare que neige au soleil, n’attendez pas d’être dos au mur avant de réagir, il sera bien trop tard pour sauver votre couple.

Au contraire, vous devez prendre cet avertissement comme le besoin d’un changement profond et à mettre en place immédiatement. Ne vous dîtes pas que c’est un caprice ou qu’elle finira bien par céder car vous courrez à votre perte. En effet, ce ne serait que reculer pour mieux sauter. Si la problématique est profonde, rien ne changera vraiment.
Après cette petite mise en garde, je vais tout de même vous aider à reprendre le contrôle de la situation pour donner envie à votre femme de retrouver des envies de faire l’amour.

COMMENT DONNER ENVIE À SA FEMME DE FAIRE L’AMOUR ?

Si vous entendez « pas ce soir chéri, j’ai mal à la tête« , alors vous pourrez faire tout ce qui est en votre pouvoir mais vous aurez du mal à faire l’amour à votre femme. Pour contourner cette problématique, il convient d’agir au quotidien et en amont pour donner envie à votre compagne de retrouver des envies sexuelles et de se lâcher totalement sous la couette.

Comme pour toutes les problématiques de couple, je vous invite à agir en commençant par changer vos habitudes personnelles. Ne faites rien vers elle tant que vous n’aurez pas retrouver une joie de vivre au quotidien, pris soin de votre physique, de votre look et fixer des challenges personnels pour repousser votre zone de confort.
Plus vous allez chercher à devenir un meilleur partenaire et un homme plus confiant et plus vous serez en mesure donner envie à votre femme de faire l’amour. Cela signifie qu’il va aussi falloir prendre en considération ses attentes et son plaisir.

pas-de-sexe-ce-soirLe deuxième axe et pilier également du couple consiste à relancer la communication pour partager votre philosophie, votre envie d’être heureux, de vaincre la routine, de lâcher prise et de croquer cette vie à pleines dents.

Plus vous miserez sur le positif et plus votre femme aura envie de vous suivre en se lâchant. Ainsi, elle mettra ses frustrations de côté et elle se concentra sur des émotions agréables. Ensuite ce sera à vous de jouer et de lui procurer des sensations agréables avec vos massages, caresses et plus encore.

VOUS DEVEZ CRÉER UNE AMBIANCE PROPICE AU SEXE

Pour que votre compagne retrouve ses envies, vous devez éviter de lui montrer que vous voulez « qu’elle passe à la casserole » !

Le rapprochement physique et l’attention amoureuse vous permettront d’éviter d’être trop lourd et de vous imposer à elle, alors que votre femme a forcément besoin de tendresse, de valorisation, d’intimité et de nouveauté pour se lâcher.

Si vous ne faites qu’entendre « Pas ce soir chéri j’ai la migraine« , sans chercher à réagir et à modifier vos habitudes alors vous entrerez logiquement dans une grave crise de couple tant on sait que le sexe est un élément crucial.

En travaillant au quotidien avec des hommes et des femmes qui souhaitent sauver leur couple, je me suis aperçu que de petites actions toutes simples en apparence peuvent avoir un rôle capital dans le sauvetage de votre relation.
C’est ainsi que je vous recommande de créer une ambiance propice à une relation sexuelle dès votre rentrée du travail en commençant par prendre votre femme dans vos bras, en lui susurrant des mots doux, et en faisant monter la tensions sexuelle. Vous pourrez continuer en communiquant uniquement sur le positif de votre journée, en vous intéressant à elle et en favorisant la complicité.

Plus vous serez capable de montrer une joie de vivre et l’envie de modifier tous les aspects négatifs de votre relation et plus votre femme aura envie de faire l’amour. C’est une forme de donnant donnant en quelque sorte et vous devez la mettre dans les meilleures dispositions pour lui donner envie de coucher ensemble.

Alors messieurs désormais vous savez que vous ne devez plus négliger les détails du quotidien pour prendre soin de la libido de votre femme et pour éviter qu’elle vous dise sur l’oreiller « Pas ce soir chéri j’ai mal à la tête ».

Reprenez dès à présent toutes les règles indispensables pour vaincre la routine et pour relancer la flamme dans votre couple et vous retrouverez une deuxième jeunesse sexuelle.

Je vous souhaite le meilleur et n’hésitez pas à partager dans les commentaires toutes vos astuces pour améliorer vos rapports intimes au quotidien.

 

Amicalement,

Alexandre CORMONT,

http://www.alexandrecormont.com/

COMMENT DONNER DU PLAISIR À UNE FEMME ?

Cette idée d’article un peu orienté sur la sexualité du couple m’est venue totalement par hasard il y a quelques jours. Pour tout vous dire je consultais mon fil d’actualité sur Facebook lorsque je suis tombé sur l’article d’un site partenaire sur lequel je suis parfois amené à intervenir en qualité d’expert en conseil sentimental. J’ai été surpris de voir à quel point cet article avait plu sur les réseaux sociaux avec près de 100 « like » en quelques heures et des dizaines de partages. Pourtant, il traitait d’un thème un peu particulier : il s’agissait des 7 conseils pour donner des orgasmes à sa femme !

J’ai toutefois souhaité apporter ma pierre à l’édifice et vous apportant moi-même des recommandations précises sur l’art et la manière de faire jouir une femme. Et comme il ne suffit pas d’un article pour maitriser tous les aspects de la sexualité féminine, j’ai découvert une présentation gratuite et absolument stupéfiante pour les hommes qui souhaitent devenir un super coup au lit. Mais un peu de patience je vous explique tout un peu plus en détail juste ci-dessous !

LES IDÉES REÇUES SUR L’ORGASME FÉMININ !

Pour énormément d’hommes l’orgasme féminin reste un mystère, et je vais peut-être même vous surprendre mais pour un nombre incalculable de femmes c’est également le cas ! D’ailleurs mesdames, si vous souhaitez me contredire à ce sujet ou pour apporter des précisions n’hésitez pas à intervenir dans l’espace des commentaires situé sous l’article.

En réalité, lorsqu’on se demande comment donner du plaisir à une femme, on ne se pose pas la bonne question. On devrait plutôt se demander comment procurer un orgasme à CETTE femme. En effet la jouissance féminine est délicate à maitriser car elle n’est pas unique, elle est multiple. Chaque femme possède ses propres envies, ses fantasmes, ses limites et surtout un corps et donc une anatomie différente de celui de sa voisine. J’aurais l’occasion d’y revenir un peu plus loin dans. Mais le message que je souhaite vous transmettre en vous expliquant cela, c’est qu’en tant qu’homme, vous ne devez pas vous focaliser sur ce qui a bien fonctionné avec une autre personne que celle qui vous accompagne aujourd’hui. Ce sont les désirs et les besoins de votre chérie actuelle qu’il faut assouvir et ils ne ressemblent surement pas à ceux de vos précédentes partenaires.

L’une va être plus réceptive aux caresses alors qu’une autre préférera la pénétration. Pour une autre ce sera l’art de maitriser la manière de donner du plaisir avec sa langue. Si cette pratique ne vous est pas familière ou qu’elle vous rebute, je vous conseille de lire ce guide sur le cunnilingus parce que le sexe oral procure des orgasmes clitoridien surpuissants.

Mais au-delà de la pratique sexuelle en elle-même, une femme a besoin de se sentir bien dans sa tête et dans son corps pour prendre du plaisir. Toutes les tracasseries ou les petites tensions doivent être mise de côté sinon il risque d’y avoir un blocage. Les hommes sont beaucoup plus mécaniques dans leur approche de la sexualité et le désir se matérialise de façon différente. Les femmes quant à elle sont beaucoup plus dans l’approche psychologique de la chose, surtout passé un certain âge. C’est souvent pour cette raison que l’on pense à tort que les hommes sont plus portés sur la chose, en réalité, ce n’est pas le cas mais la gent féminine le montre simplement de façon différente, moins directe et plus subtile. Mais au final les besoins sont les mêmes

Enfin, la principale idée reçue sur la jouissance féminine concerne la taille des attributs masculins. Les hommes font une fixation la dessus car nous vivons dans une société ou le phallus est mis en avant. Si vous regardez bien, il ne se passe pas une journée sans que l’on vous parle de pénis. Cela influe sur la façon de se considérer et peut avoir tendance à conduire à la dévalorisation en se disant j’ai un petit pénis je ne pourrai pas donner de plaisir. Ce blocage est un des pires qui puissent exister mais le lien entre orgasme et taille du pénis n’est pas directement lié. Certaines femmes sont plus étroites et d’autres plus larges, à vous de voir celle à qui vous pouvez correspondre sur le plan sexuel.

En revanche, il y a un aspect à ne pas négliger, il s’agit de l’éjaculation précoce qui est un véritable problème à la fois pour l’homme mais aussi pour la femme car elle engendre une double frustration, alors que la sexualité permet normalement de s’épanouir ensemble.

L’ORGASME PERMET DE S’ÉPANOUIR DANS SA SEXUALITÉ

Effectivement, le sexe dans le couple permet de s’épanouir à deux et de vivre des moments de complicité intenses.

C’est en décidant de sortir de la routine sexuelle et en agissant pour cela que vous serez en mesure de procurer de nouvelles sensations à votre moitié. Ce sera le point de départ d’un renouveau car le mot partage sera au centre de vos attention. Il faut savoir qu’énormément de femmes ressentent moins de désir ou n’ont tout simplement plus envie de faire l’amour parce qu’elles ont le sentiment que le plaisir ne va que dans un seul sens. Monsieur a pris son pied mais elles n’en sont même pas au stade où elles ont pris du plaisir.

A partir du moment où vous décidez de reprendre les choses en main, et de donner avant de recevoir, vous allez constater un réel changement d’attitude chez votre moitié. Alors lors de vos prochains ébats, le mot d’ordre doit être : comment donner du plaisir à ma femme ! La notion de partage est essentielle dans le couple et ne doit jamais être mise de côté y compris sous la couette.

La cerise sur le gâteau étant que l’épanouissement sexuel va très vite devenir un moteur de la vie de couple. L’ensemble des liens vont être solidifiés car vous ne passerez plus celui qui cherche à assouvir ses besoins, mais comme un homme qui ne se concentre pas exclusivement sur lui. A partir de là vous aurez inversé la situation et votre femme sera beaucoup plus réceptive à vos envies.

Messieurs, vous avez un sacré travail à réaliser mais en agissant ainsi vous pourrez la faire hurler de plaisir et elle vous le rendra au centuple !

COMMENT DONNER DU PLAISIR À UNE FEMME EN 4 RÈGLES D’OR !

A présent, entrons dans la partie la moins théorique et je pense qu’elle va vous plaire puisqu’il s’agit des 4 règles d’or pour faire grimper sa compagne aux rideaux ! Il y a deux aspects principaux à ne pas négliger. Tout d’abord il s’agit de ce qu’il se passe avant l’acte et ensuite ce qu’il faut faire pendant le rapport. Ces points sont bien entendu évoqués et détaillés plus bas.

BIEN PRÉPARER LE TERRAIN PSYCHOLOGIQUEMENT

« Chérie on va faire l’amour ? » Si vous souhaitez être certain de rater votre soirée câlin, c’est exactement la phrase à employer ! Une femme a besoin de tendresse et de mots qui font rêver pour se donner à un homme, y compris si vous êtes ensemble depuis des années. Il faut la charmer presque à chaque fois et lui montrer qu’elle est unique à vos yeux mais également faire monter en flèche sa libido.

Il est donc essentiel de bien la préparer psychologiquement afin de passer à l’acte car c’est ainsi qu’elle pourra se relâcher et viser un seul objectif, celui de donner et de recevoir un maximum de plaisir.

Les hommes peuvent très vite passer à l’action car un rien les excite, une partie du corps dévoilée, des mots coquins, une suggestion de passer à l’acte et hop c’est parti ! Mais pour ces dames ou ces demoiselles, c’est parfois beaucoup plus subtil et pour les amener à se relâcher il faut utiliser les bons mots, les bons gestes et la bonne façon de faire. Et bien souvent le manque d’expérience est fatal car lorsqu’on s’y prend mal cela peut provoquer un véritable blocage. C’est pour surmonter cet obstacle que les préliminaires sont aussi importants.

PENSEZ BIEN AUX PRÉLIMINAIRES POUR FAVORISER SA JOUISSANCE

On ne répétera jamais assez l’importance des préliminaires pour des relations sexuelles au top. Non seulement cela permet de se préparer à l’acte en lui-même mais c’est surtout un excellent moyen de faire monter la température.
En effet, plus l’excitation est forte plus le plaisir est décuplé. Parmi les préliminaires favoris des femmes, il y a bien entendu le cunnilingus comme évoqué plus haut car il provoque des sensations absolument uniques. Mais ce n’est pas tout, pour savoir comment donner du plaisir, il faut parfois aussi rester dans la simplicité. Par exemple pensez aux massages ou aux caresses.

Vous pouvez notamment utilisez vos doigts pour faire monter les envies. Par contre n’allez pas trop vite avec lapénétration digitale. Il faut débuter par des caresses au niveau du pubis mais aussi du clitoris afin de la masturber doucement au début pour ensuite aller de plus en plus vite.

Mais sans aller jusque-là, vous ne devez pas oublier les bisous et surtout les bisous dans le cou car les femmes en raffolent, mais également les papouilles.

Une fois cela réalisé votre compagne sera prête pour passer à l’action et hurler de plaisir !

PENDANT L’ACTE, ALTERNEZ LES MOUVEMENTS ET LA CADENCE

C’est bien connus, le principale souci des hommes est de tenir longtemps et à un rythme soutenu. Pourtant, les femmes détestent les mâles qui y vont comme des bourrins dès les premiers instants de la pénétration. Alors messieurs ne stressez pas, inutile de se prendre pour un acteur de film x !

Ce qui va en réalité vraiment faire la différence c’est l’alternance dans les différents rythmes que vous allez utiliser. Un coup il faudra être rapide puis repasser à une cadence plus lente mais plus profonde avec des mouvements du bassin qui accompagneront les va et vient. Puis repasser en phase plus rapide juste derrière et sans prévenir.

Les femmes raffolent de ces changements de rythmes qui permettent de les déstabiliser et de provoquer de nouvelles sensations. Ce n’est que sur la fin, c’est-à-dire au moment où votre moitié sera prête à jouir comme jamais qu’il faudra vraiment accélérer. Certes ce n’est pas simple car il faut tenir le plus longtemps possible à tempo rapide, mais si vous souhaitez savoir comment booster ses performances au lit, c’est la méthode étalon qu’il vous faut…

METTRE EN PLACE LA MÉTHODE ÉTALON

Il existe différentes façon de faire pour améliorer ses performances sexuelles. Soit vous regardez des films érotique et vous essayez de reproduire, mais il s’agit d’un jeu d’acteurs et ça ne reflète pas la réalité. Soit vous demandez à vos amis de vous expliquer les rouages de leurs relations intimes, si vous souhaitez vous taper la honte c’est l’idéal ! Vous pouvez également vous documenter en lisant les livres des sexologues à la mode, là c’est parfait pour tout savoir sur la théorie mais rien sur la pratique.

 

 

http://www.alexandrecormont.com/

Lancement de la gamme ZESTRA, première solution pour le Dysfonctionnement Sexuel chez la Femme (DSF).

 

image002ZESTRA est une solution naturelle  conçue pour le Dysfonctionnement Sexuel Féminin, c’est un produit cliniquement prouvé, non hormonal. Il s’agit d’un mélange d’huiles botaniques complètement naturelles, sans hormones et dont l’effet est cliniquement testé.

ZESTRA est recommandé pour les femmes avec une dysfonction sexuelle et souhaitant accéder à une vie de couple conjugale harmonieuse.

 

       I.            Pour quelle cible ?

ZESTRA est une solution destinée pour les femmes âgées de 21 à 65 ans, elle est vivement recommandée pour les femmes présentant des difficultés  et souhaitant accéder à une vie de couple conjugale harmonieuse et:

  • Les femmes pré-ménopausées
  • Les femmes ménopausées naturellement
  • Les femmes sujettes à un stress permanent
  • Les femmes qui prennent des pilules ou injections contenant des hormones de remplacement (par exemple, les œstrogènes et / ou l’œstrogène et un progestatif contenant des produits)
  • Les femmes présentant des pathologies chroniques telles que le diabète, hypertension, la dépression, l’athérosclérose
  • Les femmes ayant subi un traitement chimiothérapique

 

    II.            Le DFS  impacte la vie du couple 

Les causes de la mésentente des époux au sein de leur couple sont multiples et liées tant à leur vie personnelle et à leur histoire, qu’à leur situation psychologique et affective. Parmi les causes du divorce, figure l’incompatibilité conjugale. Selon les derniers chiffres du ministère de la justice, les jugements prononcés l’année dernière en ce qui concerne le divorce consentit pour inconvenance (Shiqaq) ont atteint les 40.850 contre 7.213 cas en 2004.

 

 III.            Une prévalence de 40%  chez la population féminine

Les dysfonctions sexuelles chez les femmes sont assez courantes. Les études (1)estiment que jusqu’à 40 % des femmes connaissent  une dysfonction sexuelle au cours de leur vie sexuelle active. De plus, les statistiques (2)montrent qu’environ une femme sur 4 est incapable d’atteindre l’orgasme.

Les dysfonctions sexuelles sont définies par tout ce qui peut empêcher une femme de profiter pleinement des sensations physiques ou psychologiques qui découlent de la sexualité. Elles peuvent avoir des origines diverses.

 

 IV.            Les causes des dysfonctions sexuelles

Les dysfonctions sexuelles peuvent avoir une cause physique, une cause psychologique, ou encore être provoquées par des facteurs à la fois physiques et psychologiques. La dépression peut en être la cause, et le stress un facteur contributif. La prise de médicaments, notamment les contraceptifs oraux, les antihypertenseurs, les antidépresseurs et les tranquillisants sont des causes très fréquentes de dysfonction sexuelle. L’emploi de contraceptifs oraux peut aussi réduire l’intérêt d’une femme pour le sexe. Les personnes qui prennent ces médicaments devraient consulter leur médecin afin de connaître leur incidence possible sur les troubles sexuels.

Les causes physiques sont notamment les affections des organes génitaux et du système urinaire, par exemple l’endométriose, la cystite, la sécheresse vaginale ou la vaginite. D’autres troubles comme l’hypothyroïdie, le diabète, la sclérose en plaques ou la dystrophie musculaire risquent d’avoir des incidences sur le désir et les capacités sexuels. L’ablation de l’utérus ou d’un sein peut contribuer psychologiquement aux dysfonctions sexuelles, si la femme considère que son image personnelle a été atteinte.

 

(1) et  (2)  Selon les 2 études menées par LAUMAN en 1999 et 2007 la prévalence de DSF est de 43% dont  33,4% souffre  d’une baisse de libido et 39% de sécheresse vaginale

 

 

Qu’est-ce qu’un fantasme ?

Les fantasmes sexuels sont-ils de simples désirs bons à satisfaire, ou bien des obsessions dangereuses ? Tout dépend de la distance à laquelle on les tient.

Mais qu’est-ce donc qu’un fantasme sexuel ? Le dictionnaire Larousse dit : « Représentation imaginaire traduisant des désirs plus ou moins conscients. » D’autres sources parlent de « scénario érotique provoquant une excitation sexuelle », de « croyance irraisonnée », de « fixation mentale », de « sorte de rêve éveillé ». Vous ne voyez toujours pas ? En voici un exemple historique. Jean-Jacques Rousseau, le philosophe, rapporte que dans son âge tendre, il reçut deux fessées de la main de la demoiselle Lambercier, sœur de son tuteur. Miracle : chaque fois, le plaisir fut plus grand que la douleur… Sa vie sexuelle en fut très affectée : jouir, pour Rousseau, resta lié à cette scène, qu’il rappelait à sa mémoire ou même tentait de reconstituer en s’humiliant auprès des femmes qu’il séduisait, n’osant toutefois pas réclamer de front la salutaire déculottée. Plutôt que le simple produit d’une imagination vagabonde, le « fantasme » de Rousseau était donc lié à un épisode infantile vécu, dont le souvenir, dit-il, le hantera toute sa vie et le poussera à agir de manière embarrassante, au moins pour lui.

L’usage large qui est fait aujourd’hui, chez les spécialistes comme dans les médias, de la notion de « fantasme » recouvre des réalités assez variées. Leur unité tient en bonne partie à la méthode de leur recueil. Comment, en effet, connaît-on les fantasmes d’autrui ? Parce que les sujets se livrent à un examen plus ou moins spontané de leur vie sexuelle en réponse à des questions. Ainsi, en situation d’enquête, des personnes sont invitées à confier leurs désirs les plus secrets, des actes qu’elles rêvent d’accomplir : faire l’amour en plein air, être bousculée par un bel inconnu, faire l’amour à trois, subir une fellation, rencontrer un transsexuel, faire un strip-tease, etc. La liste, théoriquement ouverte à l’infini, comporte en fait de nombreuses répétitions. Un fantasme en effet se doit de sortir de l’ordinaire sexuel, mais reproduit souvent ce qui a été vu ou entendu ailleurs. Il est donc possible de les classer par ordre de préférence et de s’intéresser aux différences qui peuvent apparaître entre les sexes (encadré ci-dessous), les âges ou les conditions sociales.

Dans une autre acception, impliquant des confidences plus poussées que la simple réponse à un questionnaire anonyme, le fantasme, tout en restant imaginaire, est plus actif : il sert d’adjuvant à une activité sexuelle bien réelle. C’est le cas, par exemple, de cet homme qui avoue à son thérapeute ne pouvoir jouir qu’en comptant jusqu’à 7, ou de cette femme qui obtient l’orgasme en pensant aux mains d’un inconnu, ou de cette autre qui s’imagine dans les bras d’un homme très laid et très brutal.

 

Des fantasmes aux névroses

Dans un troisième sens, enfin, le fantasme est au centre de la conduite sexuelle et cesse d’être un simple rêve : certaines personnes affirment ne pouvoir jouir qu’au terme d’un scénario consistant, par exemple pour un homme, à ficeler sa partenaire consentante mais suppliante ou, pour une femme, à embrasser un corps masculin fraîchement décédé. On entre alors dans l’univers actif du fétichisme, des « paraphilies », autrefois nommées « perversions » (article page 66). Assez loin de ce qu’il se contentait d’être au début de notre liste, le fantasme n’a plus grand-chose d’imaginaire : c’est le scénario obsessionnel d’une activité sexuelle non standard.

Dans une perspective thérapeutique, le fantasme, disons-le tout net, entretient des liens étroits avec les névroses. Car, ne l’oublions pas, l’introduction du mot dans le vocabulaire médical est le fait de la théorie freudienne. En 1897, Sigmund Freud, renonçant à la théorie de la séduction infantile, qualifie les souvenirs sexuels bizarres de ses patients de « fantasmes », c’est-à-dire de produits de l’imagination dont la fonction est de dissimuler une réalité refoulée profondément dans l’inconscient. Dès lors, explorer les fantasmes sexuels des personnes, c’est avoir accès à l’ensemble de leur organisation psychique, objet même de cette psychiatrie soft qu’est la psychanalyse. Freud lui-même, ainsi que certains de ses disciples, resteront convaincus qu’un « fantasme sexuel » n’a d’existence que dans l’imaginaire, le fait de le mettre en œuvre n’apportant aucune solution ni véritable satisfaction, mais au contraire entretenant un mécanisme défensif masquant l’origine du trauma.

 

« Dans l’imaginaire, tout est permis »

C’est toute la différence avec les lectures plus simples qui seront faites après lui de l’origine des névroses, attribuant à l’activité sexuelle elle-même un rôle prépondérant dans la résolution des symptômes névrotiques. De là vient, sans aucun doute, cette idée répandue dans la sexologie moderne, selon laquelle l’orgasme est la clef de la santé physique et mentale des personnes. Que faire du fantasme dans cette vision physiologique de la sexualité ?

Écoutons les experts du Net, si prodigues en bons conseils. À l’article « fantasmes », le site Santé AZ attaque bille en tête : « les fantasmes n’ont rien de honteux. Soft ou un peu plushard, quelle que soit la nature du fantasme, il n’y a pas à en rougir. Aucun fantasme n’est pervers car dans l’imaginaire, tout est permis ». Et plus loin : « Peut-on en parler à son conjoint ? » Réponse : « Chacun a droit à son jardin secret ». Et encore : « Peut-on les mettre en acte ? » « Oui, mais pas tous, et cela risque d’être décevant. » Résumons donc : le fantasme (que l’on suppose assez bénin) est normal, tellement normal qu’il n’est pas utile de s’en soucier ou de chercher à l’analyser. Il a un rôle positif : celui de vous aider à jouir. Mais n’oubliez pas : il est imaginaire. Mieux vaut donc le garder pour vous, et ne pas chercher à l’accomplir. Ces conseils, guidés avant tout par la prudence, délivrent un message optimiste : l’anormalité sexuelle n’ayant plus de sens, servez-vous donc de vos fantasmes pour jouir mieux.

Mais les thérapeutes, psychologues ou sexologues ne l’entendent pas exactement de cette oreille. Ils ont en général affaire à des personnes qui souffrent. Certaines vivent mal le décalage entre ce qu’ils rêvent et ce qu’ils font, ou entre ce qu’ils font et rêvent de ne plus faire. Aussi, les spécialistes ne peuvent se contenter de leur dire de continuer comme ça.

Le thérapeute qui se respecte s’intéresse à l’imaginaire de ses patients. Un fantasme est pour lui une fenêtre ouverte sur une vie sexuelle problématique : c’est, écrit le sexologue canadien Claude Crépault, une « caisse de résonance où se précisent et se condensent nos préférences érotiques (1) ». L’affaire redevient donc sérieuse : cet homme qui rêve de triolisme n’est-il pas un voyeur impuissant ?

 

La santé sexuelle en question

Cette femme qui fantasme sur le même thème, n’est-elle pas une homosexuelle refoulée ? Un fantasme récurrent, c’est peut-être un traumatisme mal résorbé, une orientation sexuelle qui s’ignore, une carrière sentimentale construite sur le mensonge, un couple voué à l’échec. Sans compter les innombrables cas où, tout simplement, les patients se plaignent de leur insatisfaction sexuelle : impuissance, anorgasmie, désintérêt. La fonction thérapeutique ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la manière de rétablir la santé sexuelle du patient affecté par ses fantasmes. Or, qui dit « santé » dit aussi « norme » : est-il salutaire de cultiver un imaginaire hanté par le voyeurisme, l’exhibitionnisme, le sadisme ou la pédophilie ? De toute évidence, l’OMS ne le pense pas : en 2002, ses experts définissaient la santé sexuelle comme « une approche positive et respectueuse des échanges sexuels ». Plus subtilement, C. Crépault souligne l’ambiguïté de la notion de « santé sexuelle ». En effet, selon lui, l’imaginaire est utile à la fonction érotique : le fantasme y a sa place. Mais il peut aussi représenter une addiction, une contrainte difficilement supportable, et une source de conflit. Tout est donc question de distance : un fantasme « théâtralisé », comme le pratiquent certains masochistes, est moins dangereux qu’un fantasme obsédant, accompli ou non. De celui-ci, il faudra, d’une manière ou d’une autre se libérer et, pour un pédopornophile, apprendre, dans sa vie réelle, à « érotiser un corps adulte ». Bref, en peu de mots, ayez des fantasmes, mais n’en soyez pas esclave. L’idéal serait encore soit de les rapprocher de l’existant, soit de les sublimer dans quelque activité créative. Ce que, sans aucun doute, Rousseau est parvenu à faire.

www.scienceshumaines.com