concubinage

Concubinage : Une vie de couple sous pression

Par Maye :

Vivons heureux vivons cachés. C’est bien là une devise que plusieurs couples utilisent. Les raisons diffèrent mais se ressemble tous. Le concubinage ont fait partie. Dans une société musulmane ou le sexe est tabou, vivre son amour «sans contrat officiel» n’est pas toujours vu d’un bon œil. Vivons-nous dans une société schizophrène où faire «nos petites choses» en cachette et rentrer chez soi est beaucoup plus toléré et accepté que de crier haut et fort son «union» avec l’être aimé. Pourquoi on ne cherche pas à comprendre les raisons de ce choix ? Y en a qui vont dire «si ces personnes s’aiment pourquoi ne pas avoir opté pour le mariage ? Pourquoi le choix de rester dans le pêché si leur intention est bonne ?» Pour y répondre il est peut-être judicieux de se pencher sur les raisons qui peuvent pousser des couples à vivre leur amour dans l’ombre et courir ainsi plusieurs risques.

concubinage

Loin de l’adultère, et le choix d’avoir une maitresse, des facteurs peuvent participer à ce style de vie qui gagne de plus en plus de terrain dans notre société. D’un côté on peut souligner la situation personnelle et professionnelle de chacun. Un couple vivant loin des siens, que les deux soient encore étudiants ou qu’ils travaillent, pensent qu’en vue de leur condition actuelle, passer le cap du mariage pourrait faire face à un refus de leurs familles pour telle ou telle raison : «Vous êtes encore jeunes, comment comptez-vous faire pour subvenir à vos besoins, etc.». Ce couple qui a choisi de vivre caché a bien pensé à tous ces facteurs. Mais dans une société d’apparences certains préfèrent rester dans l’ombre que de devoir se justifier à chaque fois. Autre cas de figure : apprendre à se connaitre. Nous vivons aujourd’hui dans un monde où construire son avenir et bâtir une carrière solide passent en premier, et ce n’est pas si mal. Le choix de vivre sous le même toit et sans engagement « écrit » leur permet d’avoir une certaine liberté quant à leurs projets, une certaine ouverture, ou si vous préférez un espèce de « contrat CDD renouvelable » permettant de s’épanouir sans se sentir «piéger». Qu’en est-il des libertés individuelles ? Est-ce que ces personnes n’ont pas le droit de choisir leur mode de vie, si ce dernier n’affecte pas les «donneurs de leçons» ?  La peur de la «honte» serait-elle vraiment la raison derrière ce refus de la société de laisser les couples vivre leur union comme bon leur semble ? Un débat s’impose, mais risque de rester stérile si les mentalités n’évoluent pas. Enfin, ceci n’est pas un appel à la débauche, mais un sujet de société qui empêche l’épanouissement de certains sous le poids des bonnes mœurs.

Partagez avec vos amis!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Laisser un commentaire