Dans la peau de Safia.

Depuis qu’elle a 13 ans, des poils sous les bras et le sang entre les jambes, elle est convoitée … elle me raconte son histoire et je ne fais qu’écouter .
Safia : j’ai remarqué cela pas à pas et découvert le jeu peu à peu , je passais à côté des cafés avec mon cartable bleu signé « My little poney » personne ne me regardait sauf quelques Monsieurs grands comme des meubles qui voulaient me faire mes lacets … j’ai changé de cartable avec les années qui passait , j’ai acheté une eastpak non pas parce que tout le monde en avait une , c’était à la mode à une époque pas si lointaine mais bien parce que dans mon dos je la sentais bien, elle m’allait au fil de la colonne , pour les vêtements ou les sacoches j’achetais ce qui m’allait bien, non ce que la mode me dictait.
Ce fut la première exception , s’habiller non pas dans le vent mais au gré de son esprit est un premier péché pour une fille .
Les seins me poussèrent très vite, j’aurais voulu les arrêter, mais ils ne prennent plus d’avis depuis Pamela Anderson, j’entends désormais le son des sifflets, des harcèlements depuis le pas de ma porte jusqu’au pied de mon lycée, entre le professeur qui vient t’expliquer les lois de l’attraction et les lourds qui croient que parce qu’un regard fut-il long a été échangé qu’il est plus affectueux que dégoûté, d’autres qui interprètent faussement les moindres signes et qui se jettent la tête la première vers les gouffres de la frustration.
Je dis, non à tous ses pseudos romantiques qui offrent des fleurs et du chocolat à une fille qu’ils connaissent à peine dans le cercle scolaire ou du travail. Non à tout ceux qui ancrent trop de sensations et trop de sentiments chez une personne qu’ils connaissent à peine , grosse différence entre les hommes et les femmes .Non aussi à ceux qui n’entrent dans aucune de ses catégories et qui sont simplement trop bizarres ou d’une frustration telle qu’ils ont une conception autre de la réalité.Je ne passais désormais plus inaperçue devant les cafés et une fois rentré chez moi le marathon de lourdeur continue sauf quelques exceptions …
Sur Facebook, c’est évident si tu es une fille mineure ou majeure enfin peu importe, que tu as toutes tes dents et une trousse de maquillage apprête toi à recevoir tout type de messages sur ton compte, du plus mielleux au plus mou, du plus dégueulasse au plus envahissant.
C’est vrai, il faut le dire face à cet intérêt soudain l’ego prend 10 kilos de muscle, et cela, sans protéines chimiques. Les rares exceptions sont des hommes, ils existent mais sont rares qui ne demandent rien , qui n’exige rien, qui font de leurs vies une vitrine dans laquelle tu veux les acheter, ils ont des passions, des ambitions et te donnent l’impression qu’ils n’ont pas besoin ni de tes seins ni de tes fesses ni de toi-même, ils ne demandent pas de numéro ni de rendez-vous ils l’obtiendront facilement et avec le temps, ils ont le temps, et ne sont pas pressés ils ont ce qu’il faut de leurs côtés et leur bonheur personnel ne dépend de personne et surtout pas d’une fille.

Chouaib Lfath

Partagez avec vos amis!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us