onnestpascouché.ma Featured

13 Mar 2019
9 times

Ce soir j’ai envie de vous parler de sexe. J’ai envie qu’on en parle, comme ça, entre nous et que vous réagissiez, que vous disiez ce que vous avez sur le cœur, parce qu’ensemble nous constituons un échantillon assez représentatif de cette population marocaine qui essaye de mener une vie meilleure. Les priorités et les choix peuvent différer, mais globalement, nous aspirons tous à un épanouissement personnel et celui-ci me semble difficile à atteindre si nous ne résolvons pas les contradictions et les conflits dus au conditionnement de notre société et notre éducation. Le seul moyen d’y parvenir est de faire un gros effort de réflexion et d’analyse. Si nous voulons enfin être équilibrés dans nos têtes et bien dans nos peaux, nous ne pouvons plus faire l’impasse sur la mise à plat des questions obscures, celles pour lesquelles les explications restent floues ou inexistantes. La vie sexuelle des marocains et des marocaines est une zone opaque où les vraies questions ne sont pas analysées, souvent elles ne sont même pas abordées. Nous allons en aborder au moins une ce soir.
Tout d’abord, un constat. À l’échelle de la société, les relations sexuelles hors mariage sont allègrement vécues dans le déni le plus complet. Elles ne sont pas assumées officiellement, elles restent cantonnées à une existence underground, pas prises au sérieux par beaucoup d’hommes, source de culpabilité pour beaucoup de femmes, le plus souvent condamnées par les âmes bien-pensantes. Concernant ces histoires officieuses, je suis fréquemment affligée d’entendre des personnes de tous âges et de tous niveaux dissocier dans leurs discours le sexe de l’amour, concevoir en tout cas que le plus souvent, l’un peut aller sans l’autre. Ça donne des grandes phrases du type « ouais mais avec elle ça ne compte pas, c’est juste pour le cul », « non mais là c’est très sérieux, c’est pas pour le sexe », « il fait passer le temps avec elle, mais il ne l’épousera jamais »…le pire, c’est que bien trop souvent, tout le monde acquiesce, pas seulement les analphabètes et pas seulement les hommes. Du coup, je me demande, pourquoi cette dissociation ? Et pourquoi est-elle si communément admise ? Quand-est-ce que la séparation entre le corps et l’esprit a été établie puis acceptée par la majorité? Qui est responsable de cette schizophrénie entre le physique et les sentiments ? Un peu tout le monde j’ai envie de dire.
Tout le monde trempe dans cette affaire et il est bien là le problème. Il y a trop de monde qui s’en mêle et ce, depuis bien trop longtemps. Femmes et hommes, parents et partenaires, oncles, tantes, amis et voisins. Et pour quel résultat ? Pour que dans notre société et pour la plupart des familles, pour peu que cela se sache qu’une femme a des relations sexuelles hors mariage, elle ne vaut pas plus qu’une traînée. Mais lorsqu’un homme couche à droite et à gauche, avec plusieurs partenaires, sans sentiment, sans le moindre engagement, c’est juste un signe de saine virilité et ça ne choque personne. J’essaye de toutes mes forces de trouver une logique à tout ça mais je sais que même dans un coma débutant, même sous drogues dures, même au sommet de l’Everest avec une déprivation profonde en oxygène, mon cerveau ne peut pas accepter qu’à éducation égale, à études égales, à mode de vie égal, une fille doive subir (officiellement en tous cas) des restrictions sévères au moment de disposer de son propre corps mais que le garçon, lui, peut faire tout et n’importe quoi sans avoir de compte à rendre à personne.
Je caricature pour souligner le problème de fond. Il y a évidemment de tout dans notre pays, je ne parle pas des situations individuelles, mais des grands principes auxquels se raccrochent comme des automates tous ceux qui ont définitivement refusé de réfléchir dans leurs vies et il y en a malheureusement beaucoup, beaucoup trop qui se contentent d’ingurgiter tout ce qu’on leur assène comme vérité absolue sans prendre la peine de se questionner, encore moins de se remettre en question.
Reprenons un peu le cours des évènements. Les religions monothéistes ont préconisé dès leur avènement un comportement chaste à leurs fidèles. Elles ont préconisé la chasteté et non la virginité afin d’éviter des situations extrêmes, comme le couchage à droite et à gauche justement qui est pourvoyeur de nombreuses maladies vénériennes, de leur dissémination horizontale incontrôlée et aussi, en l’absence de tests ADN en ces temps reculés, de paternités incertaines et de structures familiales désorganisées. En gros, elles ont recommandé à leurs disciples de ne plus mener de vie sexuelle chaotique, de s’investir dans leur vie de couple et dans leur cellule familiale afin de créer un modèle sain et équilibré pour que la femme, l’homme et leur progéniture puissent évoluer et s’épanouir dans un environnement marqué par l’amour et le respect. L’amour et le respect, ce sont là les signes de la vraie piété. Il n’est donc pas question de virginité pour commencer, simplement de savoir qui couche avec qui et cette prescription concernait et concerne toujours aussi bien les hommes que les femmes. Toujours est-il que pour faire simple, ce commandement s’est transformé par je ne sais quel tour de magie en : « Les femmes ne font rien avant le mariage et les hommes ? Eh bien les hommes, ils font ce qu’ils veulent ». Vous êtes capables d’accepter ça vous ? Ça vous convient ? Ça ne vous dérange même pas sur le principe ?
Vous savez pourquoi il y en aura beaucoup que ça ne dérange pas ? Parce qu’on leur a expliqué depuis leur tendre enfance que les filles qui couchent, ce ne sont pas des filles bien. Que « donner son corps », c’est mal, c’est commettre l’erreur fatale d’avoir été faible et manipulable, comme si ce corps ne leur appartenait pas, comme si elles n’avaient pas su se contrôler et elles sont condamnables pour une telle négligence. Tout choix leur est dénié, toute envie propre, tout libre arbitre. Elles ne sont pas considérées comme des adultes mais terriblement infantilisées et les relations physiques hors mariage ne sont jamais présentées comme ayant pu survenir dans un cadre d’amour et de respect.
Le plus vicieux, c’est que beaucoup de femmes acceptent ce discours, même celles qui choisissent d’aimer un homme avant ou sans mariage. Elles l’acceptent puisqu’elles restent dans la clandestinité, puisqu’elles culpabilisent et se reprochent d’avoir couché avec cet homme s’il les quitte (ah tu vois, si tu n’avais pas couché avec lui…) et surtout parce qu’elles semblent comprendre qu’aux yeux de l’homme qu’elles voudront épouser, elles ne seront pas considérées comme des filles respectables si elles ne sont plus vierges. Elles l’acceptent et le comprennent si bien qu’elles accourent aussitôt les fiançailles fêtées chez leur gynécologue pour se refaire un hymen flambant neuf à mille et quelques dirhams. Les plus économes trouvent un autre type d’arrangement, en général elles se contentent de pratiquer la sodomie et la fellation parce que comme ça, elles gardent leur membrane certifiée ISO…ça ne vous fait pas hurler ? Moi si. Elle est où là chasteté là-dedans ? Ils sont où l’amour, l’honnêteté et le respect sur lesquels toutes les religions du monde prescrivent de construire sa vie de couple et sa vie de famille ? Et on vient nous donner des leçons avec ça et nous parler d’honneur et de respectabilité…alors là vraiment, un grand bravo, toutes mes félicitations pour cette réussite : des femmes qu’on traite comme des morceaux de viande et qui en retour traitent leurs maris comme des ânes.
Il faut arrêter ce délire, sérieusement. Je m’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes qui méprisent les relations sexuelles libres en les dissociant des sentiments pour dire qu’il faut réapprendre à respecter le corps humain. Tout ce qu’on en fait a de l’importance et l’amour, le vrai, englobe tout, le corps, l’esprit, le vécu de la personne, son passé et son présent, tout ! C’est l’incapacité à accepter une personne dans sa globalité, la peur de ne pas la maitriser totalement qui fait que beaucoup préfèrent sectoriser, c’est plus facile. Facile mais dangereux et le résultat en est ce comportement affectif totalement schizophrène que nous pouvons constater autours de nous. Je sais bien que c’est difficile de changer les choses, nous ne partons déjà pas avec toutes nos chances vu le manque d’éducation sexuelle dans les familles et dans les écoles. Cette grave lacune éducative nous prédispose à devenir d’illustres ignorants en la matière mais dites vous qu’il n’a jamais été écrit nulle part qu’on n’aimerait qu’une seule personne tout le long de notre vie, d’autant que l’espérance de cette vie est de plus en plus longue. Avoir aimé une personne dans son passé n’empêche pas d’en aimer sincèrement une autre dans son présent et de lui être fidèle et dévoué. Tant qu’on est en vie, on est exposé à aimer de nouveau, fort heureusement sinon à quoi bon continuer et je trouve ça inadmissible d’en faire le reproche à quelqu’un ou de devoir mentir à ce sujet.
Alors par pitié, dites à vos enfants, frères, sœurs et amis qu’avoir une vie sexuelle épanouie avec une personne qu’on aime, c’est normal et c’est sain. Apprenez-leur plutôt à se protéger des MST souvent gravissimes qui circulent dans le pays, le VIH fait des ravages et on en parle à peine. Expliquez-leur comment éviter les grossesses non désirées, ça fera peut-être baisser le taux des avortements clandestins et de leurs complications parfois mortelles. Enseignez-leur la vraie respectabilité, celle qui se mérite par un comportement honnête et responsable pas celle qui pend à un bout de peau. C’est le meilleur moyen de leur éviter de faire n’importe quoi. Eduquez vos filles et vos garçons dans l’idée que faire l’amour, c’est comme son nom l’indique un acte d’amour, arrêtez de leur répéter que c’est mal, que c’est sale, que ce sont des filles pas bien qui font ça, qu’il ne faut pas les envisager pour une relation sérieuse et durable, que les garçons ça veut juste du sexe et une fois obtenu, ça jette une fille comme une serpillère…c’est monstrueux de dire ça, c’est moche et c’est faux. Et au cas où vous seriez en train de vous raccrocher à vos résistances, mettez-vous bien dans la tête que vous risquez de fabriquer des hommes qui vont choisir une épouse avec qui ils ne seront pas épanouis et qu’ils vont probablement finir par tromper, que les futures femmes que vous éduquez de cette façon ne seront maitresses ni de leurs corps ni de leurs vies, que n’innombrables mariages se feront sans amour. Vous allez élever des êtres humains frustrés et sans doute malheureux. C’est ce que vous voulez ? Ou votre principal souci c’est que personne ne dise de mal de vous ? Ayez le courage de dire aux autres de se mêler de leurs affaires de temps en temps et inculquez à vos enfants le respect de l’intimité, de la leur et de celle d’autrui. Et puis, comment voulez-vous qu’une société évolue si elle permet à des étrangers de délibérer sans vergogne sur la vie privée de ses citoyens et de ses citoyennes? Comment peut-on tolérer que le corps de la femme soit considéré comme une affaire publique et que toute personne qui passe par là se donne le droit d’opiner sur ce qu’il lui est permis ou pas d’en faire ? C’est ça le véritable attentat à la pudeur.
Réappropriez-vous vos corps et vos vies. A l’heure où de plus en plus de femmes reçoivent une éducation solide, affichent des diplômes, sont totalement indépendantes et autonomes, ça devient franchement ridicule que quelqu’un vienne leur expliquer ce qu’elles ont le droit ou pas de faire de leur intimité. Que celles qui veulent rester vierges, le restent. Que celles qui veulent aimer, aiment et ce, sur tous les modes qui leur semblent bons. Juste écoutez-vous et faites ce dont vous avez réellement envie. Ne laissez personne vous imposer quoi que ce soit, c’est votre corps, il n’appartient à personne d’autre, dites-le vous bien et inculquez ce principe à vos enfants, c’est la seule façon de changer les choses. L’éducation et la liberté, ça commence par se respecter soi-même puis par imposer ce respect autour de soi. Quand les femmes se seront réapproprié leur intimité, les choses changeront, j’en suis convaincue. Les meilleurs d’entre nos hommes seront ravis, ceux qui vivent dans la schizophrénie parce qu’ils y trouvent leur compte vont évidemment résister, ils deviendront peut-être agressifs, bêtes et méchants. Il faudra tenir bon, aucun changement ne se fait sans violence (pas physique, dans ce cas vous appelez la police), et ils changeront au final, comme ils ont changé dans d’autres sociétés. Et là vous savez ce qui va arriver ? Eh bien tout le monde sera plus heureux, parce qu’il n’y a pas de plus grand bonheur que d’être épanoui à la fois mentalement et physiquement avec une même personne. Demandez-vous juste si le bonheur ne vous fait pas peur.

Ahlam Daoudi Chaieri

Last modified on mercredi, 13 mars 2019 18:12
Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Hya w Howa est le premier site marocain dédié exclusivement au couple.
Informations, savoir-vivre, mode, astuces, conseils...

Articles les plus vus

Derniers articles

Galerie Photos