Les marocains sont ils des consommateurs frénétiques de films X ?

Unknown-4Je ne dénigre absolument pas le fait que la prostitution sous toutes ses formes existe au Maroc, et encore moins que l’accès au Net et aux chaînes numériques attise la curiosité des addicts à la culture pornographique… Je mets par contre en doute la crédibilité et la probité de ceux qui tentent de donner à ces phénomènes plus d’ampleur que leur impact sociétal réel. Réduire les marocaines et les marocains à des utilisateurs frénétiques du X et consommateurs assidus des plaisirs tarifés c’est démontrer une méconnaissance flagrante de ce qu’est vraiment le Maroc et les marocains…
Mais ceci dit, quelle est la place de la pornographie chez les marocains ? Quels en sont les impacts réels ou supposés dans la vraie vie ? Autant de questions auxquelles seules des études sociologiques sans concessions pourraient donner des éléments de réponse scientifiquement exploitables…
Et puis d’abord, de quel droit se permet-on de discuter pornographie au Maroc ? Ne sommes-nous pas un pays musulman ? Nous avons des traditions et une culture mystico-religieuse millénaires avec des acquis ancestraux respectables, c’est quoi cette hérésie de venir nous parler de l’impact des vidéos X chez les honorables citoyens marocains ???!!
Et c’est bien là que le bât blesse… L’approche de ce problème (car oui, c’est un problème qui se pose et s’impose qu’on se voile la face ou pas) devrait être un peu comme avec les virus… Soit on décide de se mettre des oeillères et de ne pas regarder autour de soi et là les virus(qui se fichent éperdument de notre pudibonderie) vont proliférer et nous détruire de l’intérieur… Soit, on décide d’identifier clairement ces virus et de se vacciner efficacement… Et un Vaccin social susceptible de nous protéger nous et nos enfants passe nécessairement par une exposition frontale aux virus sociaux qui nous guettent…c’est véritablement cette dernière attitude, qui regarde le problème droit dans les yeux, sans fausse pudeur, que je prône dans cet article.
L’accès aux images porno est devenu aussi banal que facile, il y’a quelque temps c’était réservé aux chaînes numériques dont nous arrosaient ces satanées paraboles et depuis un moment, eh bien rien n’est plus facile avec la proximité de plus en plus patente du Net et ses tentations tentaculaires !
Il suffit de rentrer dans n’importe quel cyber et en quelques clics vous pouvez vous retrouver en immersion totale dans la plus lubrique des scènes de nu. Mieux encore, avec votre ordinateur portable, vous pouvez rester paisiblement affalé chez vous et moyennant 4Méga de vitesse de connection c’est la liberté totale en pleine sphère privée pour regarder tout et n’importe quoi. Encore plus fort, avec l’avènement des smartphones et la 3G, vous pouvez emporter avec vous la 24ème lettre de l’alphabet où que vous soyez… Au boulot, au café, en voyage,à la fac, en pleine salle de classe…!!! Et nous voilà propulsés vers un danger gravissime, un virus social redoutable qui guette notre jeunesse…. Les plus jeunes d’entre nous, les écoliers avec leur regard neuf et naïf (?) sur la vie peuvent accéder en toute impunité à des images classées X et donc interdites aux moins de 18 ans, du moins en théorie !!!
Un petit garçon ou une petite fille, des adolescents en pleine maturation intellectuelle et émotionnelle qui démarrent dans la vie et qui regardent la pornographie ça c’est un véritable fléau ; puisque très jeunes, trop jeunes ils se mettent à regarder une sexualité marginale dans sa déclinaison la plus caricaturale. Bien sûr caricaturale car en aucun cas là sexualité montrée dans le porno ne saurait décrire la vraie sexualité vécue dans l’harmonie charnelle qui rythme la vie de couple. Ils croient que ce qu’ils voient c’est ce qui devra être reproduit dans l’intimité avec leur partenaire or entre la vraie vie et ces films là, le fossé est gigantesque.
Et ces images violentes et caricaturales dans la jeunesse peuvent être le terreau fertile de pas mal de perversions et de comportements sexuellement déviants à l’âge adulte. La perception de la femme devient réduite à la chosification de cette dernière et dans une société déjà hyper machiste ça ne fait qu’empirer les choses.
Certaines études scientifiques menées en Europe et aux États-Unis ont démontré chiffres à l’appui que depuis l’avènement de films classés X les taux de crimes sexuels, de viols ou même de pédophilie ont chuté de façon significative ou sont restés au moins stables. Qu’est-ce que cela pourrait bien signifier ? Que le fait de regarder des ébats amoureux frénétiques à l’écran ça réduit les tensions sexuelles internes destructrices ? Un peu comme le Serial-killer potentiel qui devient un Boucher reconnu et apprécié tout comme l’épicier du coin ? Ses pulsions meurtrières sont canalisées dans ses activités de boucher socialement très bien intégré… C’est en tout cas ce que ces études tentent de nous révéler. Le porno ; domaine d’apaisement social ?
Certains psychiatres, psychologues, coachs proposent aux couples en difficulté sexuelle de projeter des films X et de les regarder ensemble dans l’intimité afin de réveiller l’étincelle érotique autrefois scintillante. Le porno ; psychothérapie de couple en mal de sensations ?
Ce qui a été constaté aussi, c’est que l’utilisation de ces supports érotiques aux vertus prétendument ludiques pouvaient avoir des conséquences catastrophiques. En effet pas mal de couples sombrent dans un mal-être effrayant lorsque le mari par exemple devient addict au porno, il recherche dans sa partenaire ce qu’il a idéalisé en regardant les torrides images et se rue comme une bête sauvage sur l’intromission ignorant les préludes amoureux nécessaires pour des raisons tant émotionnelles qu’anatomiques(excitation et lubrification féminine), il en résulte un rapport pour le moins rapide comme l’éclair soit parceque l’outil de Monsieur n’a pas eu la vigueur souhaitée, soit parceque la fusée a prématurément quitté sa rampe de lancement avant la fin du compte à rebours laissant Madame naviguer seule sur l’orbite de l’insatisfaction. Le porno ; amplificateur de la chosification de la femme et de la misère sexuelle ?

Et voilà ce qu’en disent les psys : exactement comme pour le plaisir solitaire (onanisme) , lorsque le porno devient préféré à l’acte sexuel normal ça devient pathologique et à moins d’un suivi spécialisé le couple devient structurellement menacé. C’est moins anodin que ça n’y paraît finalement…
Utilisé de temps à autre, ça peut dans certains cas pimenter la vie, mais lorsque ça devient un besoin quotidien le X devient synonyme d’Enfer sur Terre.
Alors, les marocains au milieu de tout ça ? Ont-ils conscience des dérives possibles ? des dangers inévitables ? Rien n’est moins sûr… Si ça se trouve, avec Skype, WhatsApp et la visiophonie en 4G on va assister à l’émergence de faits divers « croustillants » dont le Porn-Revenge (littéralement la vengeance pornographique) ne serait qu’un ingrédient… Mais ça, c’est une autre histoire.

Karim.lyazidi

Partagez avec vos amis!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us