Comment planter sa relation en 10 points :

Généralement, tout le monde vous dira ce qu’il faut faire pour réussir votre couple, mais je crois que chaque histoire est unique et personnelle, chaque histoire est liée à la personnalité des partenaires, leur vécu, et leurs expériences passées. C’est exactement pour cela que je préfère vous dire ce qu’il ne faut pas faire, puisque les erreurs sont plus communes que les stratégies de réussite :

1- vouloir contrôler l’autre :
Une relation qui se transforme en une lute quotidienne pour le pouvoir sur l’autre, est une relation vouée à l’échec, vous êtes en relation, pas en guerre. D’autant plus qu’il est impossible d’être dans une relation équilibrée, si l’un des partenaires se sent accablé.

2- manquer de respect à l’autre :
on en connaît des couples qui se lancent des piques en soirées, mettant tout le monde mal à l’aise, en faisant de l’humour déplacé, ou en faisant de leur moitié une risée, toujours dans l’humour, mais en le diminuant et en le rabaissant. Ne manquez jamais de respect à votre partenaire, ni en privée, ni en public.

3- harceler l’autre :
Fouiller dans ses affaires, l’espionner, chercher dans ses messages, lui poser cinquante questions à propos d’un coup de fil… c’est épuisant de devoir toujours se justifier.

4- être toujours en demande de preuves :
la preuve que votre partenaire vous aime, c’est qu’il est encore là, ça devrait vous suffire. Si vous donnez l’impression à l’autre qu’il est en éternel examen, et qu’il a besoin de répondre en ayant toujours les bonnes réponses, il se fatiguera très vite.

5- présumer que l’autre est coupable jusqu’à preuve du contraire :
si votre partenaire ne vous a jamais donné de raisons pour douter de lui, pourquoi le faire ? si l’autre sent qu’il est toujours coupable à vos yeux, même en étant innocent, ce qui va se passer c’est que fatigué et blessé d’être toujours accusé à tort, c’est que soit il sortira de cette relation pénible, soit il pensera que accusé de toute manière, autant en profiter, et être vraiment coupable de quelque chose.

6- utiliser les menaces :
Menacer d’aller voir ailleurs ou de refaire sa vie avec quelqu’un d’autre, ou dire à l’autre que de toute façon il ne trouvera jamais mieux que vous, ou menacer de retirer votre soutien financier ou autre soutien, menacer de divulguer des secrets compromettants… vous n’y gagnerez pas, vous ne faites que poser un challenge que l’autre aura envie de relever, et il y arrivera en vous faisant le plus de mal possible, puisque vous l’avez agressé.

7- poser des ultimatums :
c’est encore plus poussé que les menaces, c’est une manière de mettre de la pression sur l’autre. « c’est moi ou ton travail ! c’est moi ou tes ami(e)s ! c’est moi ou ta famille ! tu te comportes comme je veux ou je pars ! tu t’habilles comme je décide ou je te quitte !… ». soyons clairs, rien ne vous dit que l’autre option ne sera pas choisie, et elle le sera peut être juste dans un esprit de résistance ou de défi. D’ailleurs on n’obtient rien avec la force, ce n’est qu’en négociant et en expliquant comment cela nous gène ou nous prote préjudice, que l’on peut obtenir la contribution de l’autre.

8- jouer à l’éternel victime :
rejeter la responsabilité de tout ce qui arrive dans votre couple, ou dans votre vie sur l’autre, c’est vous dérober de votre responsabilité. Le principe dans un couple, c’est que quand il y’a un conflit, un problème, ou un dysfonctionnement, les deux sont responsables d’une manière ou d’une autre. Il ne peut en être autrement, même si vous êtes avec un(e) psychopathe pathologique, votre responsabilité c’est d’avoir choisi de rester là à subir.

9- comparer et évaluer :
Ne comparez surtout pas votre partenaire à un(e) autre. Ni en termes de physique, ni en termes de réussite, et surtout pas en termes de personnalité. Oui, on le sait, l’herbe est toujours plus verte ailleurs, mais c’est valable pour l’un comme pour l’autre. Alors pour éviter la phrase qui tue « si il (elle) est tellement mieux, je te rends ta liberté, et tu n’as qu’à te mettre avec elle (lui) »

10- ramener tout à tout :
Traitez un problème à la fois, ne mêlez pas vos conflits à des problèmes familiaux, à un échec professionnel, à de mauvaises fréquentations, ou à des expériences passées. Si vous mélangez tout, vous ne vous en sortirez pas, et vous resterez empêtrés dans les problèmes.

Coach Imane Hadouche

Partagez avec vos amis!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

DESEXUALISER LE NU

« Oubliez les docteurs et les ingénieurs : nous voulons nous marier à un rebelle ».
Célèbre phrase née de la révoluton lybienne-
La nudité est un acte social qui diffère selon les cultures et les contextes. Mode de vie pour certains, libéralisation des moeurs pour d’autres.

La nudité peut être également utilisée comme mode de revendication, l’actualité nous le démontre, les Femen notamment dans les pays arabes, ont recours à cet acte.
Apparaissant seins nus, elles tentent de faire passer certains messages (féminsites). Mais pourquoi donc dans le monde dit arabe, une telle frénésie, une telle excitation, une telle haine et une telle violence envers ces « scandaleuses » ?
LE CORPS FEMININ SE DEVOILE
Le corps, et plus particulièrement celui de la femme est perçu comme objet sexuel ! Dans un pays arabo-musulman, c’est d’autant plus vrai. Les seins, symbolisant le corps de la femme, sont alors perçus comme un objet de désir et uniquement cela.
Il s’agit là d’éducation acquise. Elle peut-être universelle – peu ou prou-, on ne cache pas le visage ou les mains par exemple. Mais dans le cas qui nous intéresse ici, le tabou autour de la sexualité et les complexes voire les frustrations qui en résultent ne permettent pas au monde « arabe » de faire face à cette « exhibition ».
Un mouvement de libération des seins existe pourtant à travers le monde depuis les années « hippies », militant ainsi par exemple pour la reconnaissance du droit à la liberté des femmes et des filles d’apparaître seins nus en public, au même titre que les hommes et les garçons. Parce que oui, s’il est des « couvrez ces seins que je ne saurai voir ! », il est bel et bien là question de sexualité. Pourquoi donc une paire de « nénés » choquerait plus qu’une autre partie du corps.
Le temps semble être à la contestation du diktat patriarcal ! Que réclament-elles ? Le message est néanmoins clair : l’acceptation de la libération féminine et que cesse l’infantilisation des femmes ! Amina a lancé le feu vert à Tunis, encourageant des centaines de femmes « arabes » sur la toile.
LA REVOLUTION SEXUELLE N’A PAS EU LIEU
Pour en revenir aux réactions, virulentes et disproportionnées au Maroc, en Tunisie… A qui la faute ? Des attitudes sociétales bien trop conservatrice. Il ne s’agit pas de se balader les seins à l’air, la question n’est pas là, mais à en entendre les propos de l’unique Ministre femme du gouvernement marocain, qui compare cet acte à un « comportement animal », nous sommes tentés de lui rappeler que oui l’Homme et la Femme sont des mammifères.

Dans le monde arabe, la liberté et particulièrement en ce qui concerne la femme, sont l’objet d’une interprétation stricte du coran et de l’honneur familial. Les femmes sont cantonnées dans la sphère privée, tenues de se couvrir.

Certaines normes et nombre d’interdits font partie des traditions arabo-musulmanes. D’un point de vue culturel et religieux, la hchouma au Maroc, la pudeur, le(s) tabou(s) (en général) et particulièrement autour de la question sexuelle et la question corporelle ne permettent pas une symbolisation de ces problématiques. Cela renvoie au fantasme de la domination sexuelle ! Notre culture est imprégnée par l’obsession sexuelle. Les insultes les plus fréquentes sur les réseaux sociaux en sont caractéristiques. La femme ose braver ces interdits et exprimer ses désirs ! Clouée au pilori certes, mais véritable révolution ! Détendez-vous Messieurs, vous n’en êtes pas moins virils. La différence sexuelle n’est pas une maladie honteuse. Elle EST. Il est plus que temps de secouer les normes sociales et de mettre au placard la morale sexuelle. Désacraliser la sexualité, dédiaboliser le nu permettront de libérer et de normaliser les relations entre femmes et hommes.

Pour preuve, notre sport national, le harcèlement sexuel dans l’espace public en particulier. Et pas de bout de chair venant du buste en vue. Qu’entend-on nous par Révolution sexuelle ? Il ne s’agit pas de sexualité débridée, que le lecteur ne s’y trompe pas. Il est question d’éducation sexuelle. Elle est quasi absente du programme scolaire, impensable dans le cocon familial, inexistante à la télévision. La pilule contraceptive en est le symbole ! Elle existe bel et bien sur le marché mais reste un tabou (encore un ! ) ; idem pour le préservatif ! Tant que l’activité sexuelle ne sera perçue que comme procréatrice, c’est un pied de guerre à la liberté sexuelle. La libération sexuelle c’est faire ses propres choix. Pour la femme ; c’est ne plus être sous le joug paternel et paternaliste. Exit l’humiliation par le mâle dominant, place à la dignité.

« Mon corps m’appartient » scandent ces femmes, parce que, précisons le, l’agression de la part de certains hommes à laquelle nous assistons, sous toutes ses formes, est un acte d’appropriation du corps et du sexe d’autrui, qui sexualise donc et déshumanise.

Quant à avoir si on est pour ou contre Femen , juste est de constater que les happenings des Femen et celles apparentées font parler et font écho. Remettre en cause les rôles traditionnels.

Les révolutions ne se font pas en un jour, il faut des générations pour faire évoluer les mentalités.
Nota Bene Le combat en faveur de la liberté sexuelle ne peut se passer de celui de la reconnaissance des droits des gays et des lesbiennes… mai cela, c’est un autre sujet.

Partagez avec vos amis!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Les papas sont laissés pour compte

Je n’ose pas parler de ça, on risque de me prendre pour un monstre, mais tant pis il faut que ça sorte. C’est le bébé, il prend toute la place et je me sens exclu.

D’accord, Madame est encore à son sixième mois de grossesse, mais,
Justement, il n’est même pas encore là qu’il prend déjà toute la place.

Je vous jure, il faut la voir se pavaner avec son gros ventre mettant les deux mains dessus, c’est horrible. Au restaurant, déjà qu’on sert toujours les femmes en premier, là on se plie à ses caprices, on lui demande dix fois si tout va bien, si le repas est à son goût, on lui offre le dessert, et moi c’est comme si j’étais invisible, ma carte bleue elle, est bien visible !

quand il y’a une file devant un guichet ou une caisse, on dirait Moïse qui traverse la mer rouge non pas avec son bâton mais avec son bide, tout le monde s’écarte lui frayant un chemin pour passer. Elle dort toute la journée, commence à ronfler la nuit, mange non seulement pour deux mais pour une colonie de vacances moniteurs inclus. Elle ne supporte pas mon parfum, ni mon after-shave, ni l’odeur de la clope sur mes chemises, déjà que je suis obligé de sortir la fumer dehors cette foutue clope, si je dois puer en plus !

Le pire c’est que ma mère, qui était la belle mère par excellence, commence à m’engueuler dès que j’essaie d’aborder le sujet, je ne la reconnais plus, c’est comme si c’était un clan ou un club très fermé où il faut avoir ou avoir eu le ventre rond pour être membre. Je surprends ma mère en train de gagater devant le ventre de ma femme, ramenant des petits plats et des petits cadeaux, et j’ai l’impression de voir un film de science fiction, ce n’est pas ma mère, on lui a fait un lavage de cerveau, ou elle est carrément remplacée par une extraterrestre. Ma mère qui cherchait tout le temps des poux à sa belle fille, me réprimande, et me regarde comme si j’étais le descendant direct de Jack l’éventreur chaque fois que je l’ouvre pour me plaindre. Je dois céder à tous les caprices de la future maman, parce qu’elle est émotive, ses hormones et le bébé et bla bla bla ! C’est insupportable ! Et j’ai l’impression qu’elle abuse parce que ça l’amuse, franchement, pleurer pendant deux jours parce que j’ai dit que les rideaux pour la chambre de bébé n’étaient pas compatibles avec la déco… d’accord, j’ai dit qu’ils étaient très laids ! mais ils le sont, et de toute manière ce n’est pas une raison pour me jeter dehors pendant deux jours, ma mère aussi m’avait éjecté de chez elle par solidarité.

Il y’a des soirs où je fais ce cauchemar, où je vois ce ventre grandir et grandir, sortir par la porte et par les fenêtres, avant d’éclater toute la maison. C’est effrayant ! et les sauts d’humeur, je ne vous raconte pas, un coup je rigole, un coup je m’effondre, je veux, non je veux pas, et puis non, je veux ! Elle ne sait pas ce qu’elle veut, et va finir par me rendre fou. Elle me reproche de ne pas la trouver sexy et désirable ! ben, voyons, on se demande pourquoi ? c’est un grand changement pour moi aussi, c’est ma femme, mais c’est une maman, et ça c’est sacré, je n’arrive plus à dégainer, je bloque complètement, comprenez-moi, c’est quand même par là que passera la petite tête de bébé ! et puis imaginer que je me sers dans le restaurant de bébé avant lui, moi, ça me coupe l’appétit ! et quand je veux bien essayer de surmonter ces angoisses après une longue hésitation et une bonne porno thérapie, elle a des nausées ou mal aux ovaires. Il faudrait savoir ce qu’elle veut au lieu de me torturer comme ça ! il y’a une semaine, elle a viré, sans me consulter, la télé la console de jeux dans la chambre d’amis pour installer le lit de bébé dans la notre… quelle est l’étape suivante ? virer mes vêtements aussi dans la chambre d’amis, et moi avec ? j’ai l’impression que je ne suis là que pour tramer et ramener le fric pour payer tous les frais. Et ma mère qui m’appelle ce matin pour me dire qu’il faut penser à acheter un bijou de valeur pour l’accouchement, et réserver chez un traiteur pour le baptême, c’est quoi ce délire ? je suis à bout, vraiment à bout, ça finira par faire des dégâts, cette histoire de bébé ! pour commencer, c’était son idée, pas la mienne, je me serais contenté d’adopter un chien ou un chat. Elle le voulait tellement ce bébé, que je ne pouvais qu’obtempérer, et puis elle avait déjà arrêté sa pilule avant de m’en parler, donc !

Tiens, le week-end dernier, on était chez mon frère pour dîner, ma nièce demande ce que Tata avait dans le ventre et on lui explique que c’est un bébé, à la sortie ma femme s’approche pour embrasser ma nièce, mais la petite court se cacher derrière sa maman en hurlant qu’elle ne voulait pas être mangée comme l’autre bébé. C’était très drôle, mais ça n’a fait rire que moi, ma femme a éclaté en sanglots, le reste de la famille était gêné et embarrassé, et la pauvre petite nièce a été renvoyée dans sa chambre ! elle peut garder tous ses kilos, moi ça ne me dérange pas, mais si elle perd son sens de l’humour, je ne sais pas si notre couple pourra survivre, c’est ça qui m’a fait craqué chez elle, nos délires, nos fous rires partagés, ses vannes et sa bonne répartie. Elle est devenue trop coincée! j’ai l’impression, que nous les hommes, on ne représente pour les femmes que des géniteurs, le boulot fait, on cesse d’exister, c’est comme pour les reines des abeilles, heureusement qu’elles nous laissent la vie sauve, enfin, peut être que c’est juste pour continuer à financer le nouveau couple « maman / bébé ». Vous prenez n’importe quel livre spécialisé ou magazine, c’est toujours « maman » par ci « maman » par là, les papas sont des laissés pour compte, parfaitement ! Et après on se demande pourquoi on est nuls en pratique, c’est qu’on manque de théorie aussi !

Partagez avec vos amis!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us

Hya w Howa: Premier site marocain consacré au couple.

Question du jour

CLOSE

Your question has been sent!

Un problème dans votre vie de couple.
Posez votre question, nos spécialistes sont là pour vous répondre.

Name *
Email *
Adresse web (include http://)
Subject *
Question *
* Required Field
Show Buttons
Hide Buttons